CFPA Béni Ourtilane

CFPA Béni Ourtilane

Formation spécialisée: un impératif pour le développement du secteur du tourisme

image tour.jpg
Photo APS

 

ALGER - Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud a affirmé, mardi à Alger, que la stratégie nationale de développement du secteur ne saurait se concrétiser sans accorder une attention particulière à l'élément humain et à la formation spécialisée.

 

Supervisant la cérémonie de sortie de nouvelles promotions de l'Ecole supérieure du Tourisme à Alger et des deux Instituts nationaux d'hôtellerie et de tourisme (Boussaada et Tizi Ouzou), le ministre a précisé que "la démarche du Gouvernement pour la diversification de l'économie nationale est tributaire de l'intérêt à accorder au Tourisme en tant que secteur stratégique créateur de richesse et de postes d'emploi", affirmant que celle-ci "ne saurait se concrétiser sans accorder une attention particulière à l'élément humain".

 

Pour M. Benmessaoud, le Schéma directeur d'Aménagement touristique (SDAT) a accordé "une place particulière" à la formation, d'abord, pour consacrer le Plan qualité services (PQS), et ensuite pour doter les établissements hôteliers de cadres et d'une main d'œuvre spécialisée au diapason des exigences du tourisme moderne et des normes d'excellence en vigueur".

 

C'est pour autant qu'il faudrait "relever le challenge et promouvoir la qualité des services à travers la formation de cadres qualifiés et une main d'œuvre spécialisée, en réponse aux besoins réels du secteur en ressource humaine", a-t-il expliqué.

 

Le ministre a fait état également des efforts jusque-là déployés pour atteindre les objectifs tracés, à l'instar de l'actualisation du programme de formation, l'adoption du mode de l'apprentissage dans certaines spécialités, l'intégration du système LMD à l'Ecole nationale supérieure du tourisme (ENST) avec l'implication de plusieurs départements ministériels, particulièrement l'Enseignement supérieur et l'Environnement.

 

La cérémonie de sortie des nouvelles promotions a été rehaussée par la présence des ministres de l'Environnement, Fatima Zohra Zerouati, et de l'Enseignement supérieur, Tayeb Bouzid, lesquels ont mis en avant l'importance de la ressource humaine dans la promotion du secteur du tourisme, car étant "la vitrine du pays".

 

Les promotions sortantes comptent 331 diplômés de l'ENST et des deux Instituts nationaux d'hôtellerie, dont 59 étudiants en LMD et 136 autres originaires de pays africains amis.

 

Publié par l’APS le : Mardi, 09 Juillet 2019


10/07/2019
0 Poster un commentaire

Nécessité d’améliorer l’employabilité des diplômés

image mosta2.jpg
Photo APS

 

MOSTAGANEM - Le ministre de la formation et enseignement professionnels, Belkheir Dada Moussa, a souligné, mardi à Mostaganem, la nécessité d’améliorer l'employabilité des diplômés du secteur et leur insertion dans le marché du travail.

 

Lors de la cérémonie de sortie d’une nouvelle promotion de diplômés, tenue au CFPA "Mokhtari Benchaa", le ministre a souligné que son département ministériel œuvre avec d’autres secteurs pour gérer la création de microprojets, assurer la formation et l’accompagnement par des dispositifs de soutien à l’emploi en vue d’améliorer l’emploi des diplômés et leur insertion au marché de l’emploi.

 

Il a appelé dans ce cadre à renforcer le partenariat (formation-emploi) avec différents acteurs économiques au niveau local en vue d’actualiser le fichier des spécialités et s’orienter vers la formation à la demande selon des conventions.

 

M. Dada Moussa a ajouté que le renforcement du partenariat selon la règle gagnant-gagnant permettra au secteur d’élaborer une évaluation périodique des offres de formation avec la possibilité de leur adaptation selon les exigences du marché de l’emploi, des besoins du tissu économique.

 

Le ministre a indiqué que son secteur enregistre chaque année une hausse sensible du nombre de diplômés passant de 285.000 en 2017 à 314.000 l’année suivante.

 

Cette session professionnelle de février a vu la sortie de 158.000 diplômés dans 23 filières professionnelles, 344 spécialités parmi les 495 assurés par le fichier national de la formation professionnelle.

 

Lors de cette cérémonie, le ministre a honoré 30 meilleurs diplômés dans 25 spécialités professionnelles et classés à la première place au niveau de la wilaya de Mostaganem au concours national de la culture financière organisé en mars dernier.

 

La wilaya de Mostaganem compte 16 établissements de formation professionnelle devant accueillir 4.725 stagiaires et l’hébergement de 800 autres en plus de 15 écoles privées agréés par l’Etat avec une capacité de 560 places pédagogiques, selon les explications fournies par le directeur de wilaya du secteur.

 

Les établissements de formation professionnelle de la wilaya de Mostaganem ont vu la sortie, ces cinq dernières années, de plus de 24.000 stagiaires dont 4.300 en 2018 et 1.790 en session de février 2019, a souligné Benlahcen Bennacer.

 

Publié par l’APS le : Mardi, 09 Juillet 2019


10/07/2019
0 Poster un commentaire

Les écoles de formation professionnelle privées doivent s’ouvrir sur le tissu économique

Image mosta.jpg

Photo APS

 

MOSTAGANEM - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Belkheir Dada Moussa a souligné, mardi à Mostaganem, que les écoles de formation professionnelle privées doivent s’ouvrir sur le tissu économique et être en complémentarité avec les établissements publics de formation.

 

En visitant une école privée agréée par l’Etat à Mostaganem, le ministre a déclaré que "cette ouverture doit être ponctuée par la signature de conventions de formation suivant la demande, la création d'un espace d’apprentissage et l'organisation de stages pratiques au sein des entreprises économiques".

 

Belkheir Dada Moussa a appelé les responsables des établissements publics de formation à tisser des liens avec ceux du privés en organisant des journées d’information et d’étude sur les perspectives de la formation professionnelle, signalant que son département ministériel recense 1.295 instituts et centres de formation professionnelle et d’apprentissage CFPA au niveau national et plus de 700 établissements privés agrées.

 

Le ministre a présidé, lors de sa visite, une cérémonie de sortie de la promotion professionnelle de la session de février 2019 constituée de 1.790 stagiaires, suivi un exposé sur la situation du secteur dans la wilaya de Mostaganem et assisté à une exposition sur les instituts et CFPA tenus au centre de formation professionnelle et d’apprentissage "chahid Mokhtari Benchaa".

 

En marge de cette visite, il a annoncé la reconversion d’un CFPA de la wilaya de Mostaganem cette année en institut national spécialisé en vue d’élargir les offres de formation et encourager le secteur économique à contribuer à la formation de la main d’œuvre qualifiée.

 

Au sujet d’ouverture d'annexes de formation professionnelle dans les zones d’activités dont celle à Bordjia (60 usines) dans la commune de Hassiane au sud de Mostaganem, M. Dada Moussa a déclaré que les responsables locaux peuvent créer ces structures suivant la demande et les moyens disponibles.

 

Sur la possibilité d’utilisation du matériel et équipements techniques vétustes aux établissements du secteur de l’éducation nationale (ex technicums), le ministre a fait savoir que son département ministériel est en phase d'étude de la question au niveau local selon les besoins du secteur de la formation professionnelle et à travers les comités ministériels communs pour valoriser le matériel et son utilisation.

 

Belkheir Dada Moussa a déclaré "nous oeuvrons à la création des ponts de complémentarité entre les trois secteurs (formation professionnelle, enseignement supérieur et éducation nationale)", ajoutant "qu'est ce qui empêche un étudiant universitaire d'effectuer ses applications au niveau d'un centre de formation professionnelle".

 

Publié par l’APS le : Mardi, 09 Juillet 2019


10/07/2019
0 Poster un commentaire

Œuvrer à l’avenir pour la formation sur demande pour garantir de l’emploi aux diplômés

image.jpg
Photo APS

 

ORAN- Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Dada Moussa Belkheir a affirmé, lundi à Oran, "nous œuvrons à l’avenir à des formations sur demande en vue de garantir des postes d’emploi à tous les formés".

 

En marge de la cérémonie en l’honneur de 24 diplômés du secteur, le ministre a déclaré que la formation des stagiaires et apprentis suivant les besoins des entreprises économiques permettra de garantir des postes d’emploi aux jeunes après avoir obtenu des diplômes.

 

Le même responsable a précisé que le recours aux formations suivant la demande intervient après que des dysfonctionnements ont été relevés pour ce qui est des métiers demandés par les entreprises économiques et qu'il a été décidé ainsi d'assurer des formations adaptées aux besoins du marché de l’emploi.

 

Ces formations permettront aux entreprises économiques de maitriser les activités professionnelles et de disposer de manière continue d'une main d’œuvre efficace et compétente, a-t-il affirmé.

 

La carte de formation a été révisée avec l’association d'un grand nombre possible de partenaires économiques aux choix des formations, a fait savoir Dada Moussa Belkheir, insistant sur l’intérêt à accorder à la spécialité de maintenance dont ont besoin des secteurs économiques.

 

"Nous avons besoin de cette spécialité et nous œuvrons à faire profiter des jeunes d’une formation certaine avec des secteurs économiques dont l’énergie, les mines et la santé et passer ensuite à la formation pour d’autres secteurs", a-t-il dit.

 

Le ministre a signalé, dans ce sens, le lancement de la formation de techniciens en maintenance des équipements médicaux.

 

D'autre part, il a insisté sur le renforcement de l’information et de la communication à travers les réseaux sociaux, exhortant tous les établissements de son secteur et responsables à ouvrir des pages sur ces réseaux sociaux pour communiquer avec les jeunes.

 

Le ministère œuvre par le biais de son site électronique à achever le système d’information géographique (SIG) du secteur où le jeune peut surfer de chaque wilaya pour s’informer des différents établissements de formation, des offres de formation et des numéros à contacter, a ajouté le même responsable.

 

En présidant la cérémonie en l’honneur des majors de promotion des diplômés, Dada Moussa a indiqué qu’à travers la politique de formation suivie, il est question d’améliorer l’acceptation de l’emploi par les diplômés et leur faciliter l’accès au monde de l’emploi, en collaboration avec d’autres secteurs pour la création de leurs propres projets, leur fournissant et leur accompagnement.

 

Au sujet de son secteur, le ministre a estimé que les effectifs des diplômés est en hausse chaque année, révélant que la session de février 2019 a enregistré, à elle seule, 158.000 stagiaires et apprentis en 23 filières professionnelles et 344 spécialités sur 495 assurées par la carte nationale des filières et spécialités de formation professionnelle.

 

L’Etat accorde une grande importance à la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques et le secteur dispose de cinq centres de formation professionnelle et d’apprentissage situés à Alger, Boumerdès, Laghouat, Skikda et Relizane, a-t-il encore fait savoir.

 

D’autres centres de formation assurent l’insertion de cette couche de la société dans des branches normales leur permettant d’obtenir une qualification professionnelle selon leurs souhaits et capacités, a-t-il ajouté.

 

Au total, 24 meilleurs diplômés des établissements de formation professionnelle d’Oran ont été honorés lors d’une cérémonie, à laquelle ont assisté le ministre du secteur, le wali d’Oran, des autorités locales et des responsables d'entreprises économiques partenaires.

 

Le ministre a visité, lundi dans la wilaya d'Oran, un établissement de formation en cours de réalisation à Belgaid (est d’Oran), à savoir un institut spécialisé en formation professionnelle dont les travaux de réalisation ont atteint un taux d’avancement de 75 pour cent. Il sera réceptionné avant la fin de l’année en cours, selon les explications fournies par le directeur de wilaya de la formation et de l'enseignement professionnels, Abdelkader Belbekouche.

 

La wilaya d’Oran dispose de 28 établissements de formation dont 20 CFPA, 5 instituts spécialisés, un institut d’enseignement professionnel et deux annexes d'une capacité d’accueil de 8.100 places pédagogiques. Ces structures de formation accueillent, à la rentrée nouvelle, pas moins de 10.385 stagiaires.

 

Le ministre a aussi écouté les préoccupations des travailleurs du secteur de la formation professionnelle à travers la conférence nationale de la fédération des personnels du secteur affiliée à l’UGTA tenue au CFPA de haï Seddiki en présence des délégués de 48 wilayas.

 

Publié par l’APS le : Lundi, 08 Juillet 2019


09/07/2019
0 Poster un commentaire

Dispositif passerelle en formation professionnelle (clarifications)

Bien que l’application du dispositif passerelle en formation professionnelle remonte déjà à quelques années, il n’en demeure pas moins que certains points ont nécessité un éclairage récent. Une lettre ministérielle n°1/DOSFP/MFEP/2019 datée du 3 janvier 2019, dont nous reproduisons ci-après le contenu, donne des précisions utiles tant pour l’administration que pour les candidats concernés.

 

La lettre en question est une réponse à une correspondance du directeur de la formation et de l’enseignement professionnels de Blida, transmise à toutes les wilayas et à tous les établissements du secteur pour mise en oeuvre.

 

Voici le contenu :

 

«En réponse à votre envoi ci-dessus, rappelé en référence, j’ai l’honneur de vous informer que conformément aux dispositions de l’article 21 de l’arrêté n°129 du 26 janvier 2013, sont considérés majors de promos, les diplômés classés parmi les cinq (05) premiers de la section durant leur cursus de formation initiale. 

 

Les majors de promos ayant déjà bénéficié d’une passerelle ne sont pas autorisés à suivre d’autres formations passerelles, que s’ils justifient de l’expérience professionnelle prévue dans l’arrêté.

 

Tout apprenant (stagiaire ou apprenti) ayant passé un examen de rattrapage, durant son cursus de formation initiale, ne peut pas être considéré major de promotion quelque soit la moyenne générale obtenue.

 

La passerelle en formation professionnelle n’est organisée que dans les établissements publics de formation professionnelle. Les établissements privés de formation professionnelle ne sont pas autorisés à développer ce type de formation. ».

 


09/07/2019
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser